Pas de miracle à Babylone

17 Mar

Il y avait comme un parfum d’exploit pour ce 8ème de finale de la bien surnommée Loisir’s Cup par notre envoyé spécial franc-comtois. Nos Kippers arrivaient sur le terrain des decathloniens les cœurs gonflés, prêts à en découdre après avoir revisionnée l’épopée calaisienne de 2000 en VHS.

Làs, les kippers étaient encore en train d’effectuer des petits sauts d’échauffement que ça faisait déjà 2-0 dans le cornet. Décathlon était plus fort et, même s’il ne parvenait pas à mettre en place son petit jeu barcelonais de d’habitude, à chaque perte de ballon un peu prématurée, bam, une souche dans le petit filet. On jouait depuis 20 minutes, le score était de 6-0. C’était Federer contre Gilles Simon.
Les kippers ont du courage. Captain concluait une action pas dégueulasse, mais personne n’avait déjà plus la force de fêter cette réduction du score honorifique. Heureusement, c’était la mi-temps.
La seconde était mieux : des Kippers plus en place, mais qui accumulaient encore trop d’erreurs. Thibo, notre tour de contrôle faisait ce constat amer : « ils se sont entraînés devant le but », car sans briller, les decathlonistes en refoutaient 4.
A nouveau, au courage, les Kippers relevèrent la tête. Vianney inscrivit le but de la soirée, d’une frappe sèche dans la lucarne. Ce but aurait dû compté 10 et les Kippers se qualifier, mais les règles de la Loisir’s Cup exclut toute promotion du beau jeu !
Tant pis, la priorité n’est plus la coupe. Les kippers visent la tête d’un groupe 3 dont ils ont pris le commandement.

On vous tiendra au courant, cher fan club !

les kippers au sommet de la vague…

15 Fév

Mercredi 29 janvier, les kippers ont franchi le périph pour prendre la banlieue d’assaut…
1er étape: Tourcoing… fidèles a leur style de jeux, les harengs ont offert du spectacle au remplaçant qui s’échauffait au bord du terrain…Neuf buts marqués… trois encaissés… Rien a dire de plus c’était parfait!

C’est pas Lomme qui prend la mer…

25 Jan

C’est pas Lomme qui prend la mer…
C’est les kippers qui prennent Lomme, tintintin, et ils l’ont conquis, pas plus tard que ce vendredi. Ils ont troqué leurs clarks et leurs blousons mauves contre une paire de crampons ou des stabils pas jaunes. Ils ont laissé enfants et kipprettes qui leur disaient « soit prudent la poule C peut être coriace, essayez pour une fois de rester dedans, ce serait pas con». Dès que 20 H sonna, les kippers sont partis, plein d’entrain et sans tracas direction : Lomme-Mitterie. C’est pas Lomme qui prend la mer, c’est le froid qui a pris Lomme, glaglagla et avec un terrain pourri, éclairé que sur une partie, le match était pas gagné. Faudra cravacher. Apres deux victoires de gala et pas mal de confiance accumulée, les kippers devaient assurés pour ce premier match de championnat. Tralala. Dès le match engagé, les kippers étaient au taquet et il eut pas fallu 2minutes pour que la pression permette de scorer, c’était le pied. Dès que ce but fut marqué, les kippers se sont envolés, et jusqu’à la mi-temps ils en mettront trois. Lalala. (enfin quatre, parce que en fait ils ont marqué une fois contre leur camp, c’était un peu chiant). C’est pas Lomme qui prend la mer, mais c’est Lomme qui a pris l’eau. C’était chaud. Bien à l’aise sur le terrain, les kippers en ont remis trois, à nouveau. Cette fois-ci, pas de soucis, ils ont gardé leur cage inviolée. C’est donc finalement 6-1 que ce match, ils l’ont gagné. Olé.

En route vers les sommets…

14 Jan

Il y a quatre mois, c’était une montagne qui se dressait face aux kippers… Pire… une poule… et quelle poule : le groupe B, très relevé, du championnat de foot loisir… C’était une poule piquante.
Dès le départ, ils le savaient. Il fallait être fort, robuste et courageux pour résister aux pics et aux coups d’ailes qui risquaient de propulser l’équipe dans les bas-fonds du classement. La force, la robustesse et le courage étaient là, appuyés par un solide esprit d’équipe, mais ils ne permirent pas de hisser les LA Kippers au sommet de la crête de la poule. Ils durent souvent se contenter des ergots avant de finir dans le pot. Bon nombre d’équipes auraient bu le bouillon et baissé les bras. Mais pas les kippers.
Après une victoire à l’arraché en coupe, un noël mémorable, un tournoi de gala pour le retour de Monsieur Vianney, les kippers se devaient de bien figurer en ce début d’année pour se tourner vers de nouveaux objectifs. Le championnat reprenant ses droits la semaine prochaine, c’est par un amical que les harengs ont repris contact avec les terrains. D’abord contre le Spartak, c’est finalement contre les Mons Métropolitans que les kippers allaient livrer bataille.
Tout était réuni pour réaliser match d’une très bonne facture : un adversaire sympa, de bon niveau, un terrain magnifique et des kippers pleins d’envie. Malgré de belles actions et de beaux mouvements, les inévitables passes mal ajustées et dribles ratés du dernier défenseur firent également surface. Le score refléta très vite ces mauvaises habitudes : à la mi-temps, 2-0 pour les Métropo. Les kippers ne relâchèrent pas leur effort en deuxième mi-temps. Profitant des espaces laissés par le jeu à 6 contre 6, ils revinrent vite au score. Avant de pousser par deux fois l’adversaire à la faute dans sa zone de vérité : deux pénaltys, 3-2. Sur un coup-franc vite joué et une belle frappe, les locaux recollèrent au score. Mais une belle reprise de volée présidentielle propulsa les kippers vers la victoire. Une belle victoire.
L’année 2014 commence magnifiquement bien : 2 victoires de suite, un noël de folie et un tournoi de gala… Les kippers se lancent vers les sommets….

Monsieur Vianney retrouve sa place dans le banc…

8 Jan

Le temps passe… Il s’écoule doucement comme les courants de la mer du Nord… Mais on se jette dans le grand bain… on se laisse emporter et on se retrouve fissa à Knokke le Zout. C’est ce qui arrive aux Kippers, 2014 va marquer la troisième année d’existence de cette grande famille et oui, déjà. Après avoir vu certains de ces membres partir faire trempette dans les différents océans du globe et de Franche-Comté, c’est désormais le temps des retours dans le banc. Quel retour : Monsieur Vianney rechausse les crampons. La nageoire gauche meurtrie par les joutes de la première saison en pleine jungle de la communauté urbaine, il dut sortir du bocal footballistique. Un temps accueilli au sein du centre de soin pour animaux marins de Brest, c’est finalement dans les Flandres qu’il a su reprendre gout au sport. Le contact de la terre, les monts de Flandre, les arbres… c’est la nature qui a été à l’origine de ce retour.
Monsieur Vianney, c’est pas n’importe qui : Champion olympique de football aquatique deux ans d’affilés, recordman de l’heure de tracteur-pooling, meilleur buteur pérenchinois 2006-2007-2009 de football en kilt, conseiller de Jean-Marie Aubry lors de sa victoire en coupe du monde de beach-soccer 2005, vainqueur du trophée de chasseur en crampons de palourdes bretonnes… C’est une bible du football qui vient de nouveau déverser sa connaissance au sein de l’équipe.
Attentive aux transferts de ce mercato hivernal, la FFF ne pouvait suivre cet événement sans réagir. Un tournoi a donc été organisé ce mardi 07 janvier pour permettre au maximum d’équipes de profiter de moments de partage et de football avec Monsieur Vianney. Gregory Wimbée, propriétaire de terrains de foot à 5 à Lesquin et ancien coéquipier de Monsieur Vianney (ils ont foulé ensemble les terrains de Division 2 sous le maillot du FCO Charleville de 1992 à 1994) s’est tout de suite proposé pour accueillir l’événement. Le classement final et l’avant dernière place des kippers ne sont qu’anecdotiques, l’objectif de la soirée était de retrouver un Monsieur Vianney affuté, en jambe, qui put ravir le public de ses gestes de classe… Un grand joueur est de retour…
Diapositive1

Fin d’année : Football c[h]ampagne !

17 Déc

Le week end fut riche en émotions pour les kippers ! Dès vendredi soir, la grande famille au complet se rassembla autour d’une ribambelle de rillettes, d’une farandole de friture et d’une carbonnade franc-comtoise pas piquée des hannetons, pour célébrer cette fin d’année qui approche. Chansons grivoises, breuvages locaux, cuisine de qualité ont fait la réussite de ce moment de forte convivialité et de franche camaraderie tant apprécié du banc de hareng. Les trois jours qui séparaient cette soirée intense et le retour sur le terrain ne furent pas de trop pour remettre les arrêtes dans le bon ordre.
C’est à Forrest-sur-Marque, au cœur de la campagne métropolitaine profonde que les kippers se sont enfoncés pour le dernier rendez-vous de l’année : un match de coupe, qui apportait de l’enjeu à ce week end de fête ! Pourtant pas très toast, le match fut décalé un peu plus tard en raison de nombreux embouteillages. Une fois de plus, le confinement dans des boites de cinq roulant à travers les champs embrumés permis au kippers de se retrouver, de se souder et de ne faire qu’un une fois le coup d’envoi venu. Malgré un terrain « champ de patate » plus vallonné qu’une mer en pleine tempête, les kippers prirent la rencontre à leur compte dès le début du match. Plutôt à l’aise avec les faux rebonds et les glissades incontrôlées, le ballon circulait vite entre les nageoires. Sur une magnifique action conclue par une frappe sous la barre, les harengs mirent la pression sur l’adversaire. Fraiche et pétillante grâce à un banc bien fourni, l’équipe afficha une belle forme et plus ou moins de maitrise tout au long de la partie. Le score n’évolua pas avant les dernières minutes où un nouveau but kippers scella définitivement l’issue de la rencontre.
Cette belle victoire est dédicacée à la souche franc-comtoise qui a rejoint sa kipprette et sa belle région natale pour d’autres aventures. Ce match fut également l’occasion de fêter comme il se doit, pendant le match, dans les vestiaires et lors de la troisième mi-temps, le départ dans les mers du sud de l’inévitable poumon d’or. Nul doute que ces deux membres bien ancrés au cœur du banc manqueront dans les prochains mois.
C’est une longue trêve qui se dessine pour l’équipe avec un prochain match de championnat le 20 janvier. Footing, musculation et régime sec seront au programme du mois qui arrive pour entamer de la meilleure des manières la deuxième partie de saison.

Les Kippers remontent le courant…

26 Nov

Après la déception de la défaite de vendredi, les kippers devaient se remettre à l ‘eau dès ce lundi soir. Un petit goût amèr restait collé au fin fond de leurs branchies et il fallait très vite effacer le non match d’avant week-end. Quoi de mieux pour cela qu’une confrontation « à domicile », car oui, il ne s’agissait pas d’aller s’enliser à Bousebecq, d’aller mouiller le maillot à Templeuve ou de se perdre loin à Tourcoing en allant jouer à Halluin. Non! Il s’agissait de livrer bataille chez eux, sur leur terre, auprès de leurs femmes, auprès de leurs enfants, auprès de leur public. Les harengs devraient évoluer sur ce terrain : c’est leur lieu, c’est leur mer, mais c’est des cockers qui y pataugent. La mobilisation était quasi générale. Ce derby pouvait prendre des allures de Bérézina, mais ce ne fut pas Waterloo et ce ne fut pas Arcole… ce fut Trafalgar.

Dès le début du match, la horde de chiens-chiens se positionna en arc de cercle, leur objectif était de couper la route qui mène à leur niche, de contenir les assauts et de procéder en contre. Les kippers ne se démobilisèrent pas, fidèles à leur maillot et leurs valeurs, ils n’avaient qu’un seul objectif : faire briller leur couleur et faire chavirer le coeur des supporters. Les attaques se succédèrent : enchainement de passes, frappes, retournées acrobatiques : c’est toute la panoplie du parfait attaquant que les kippers prirent soin de revisiter mais chacune d’entre elles tombèrent à l’eau. Les cockers étaient tenaces, en plus de résister, ils sautaient comme sur un os vers le but kippers dès que l’opportunité se présentait. Sur deux mésententes de l’arrière-garde piscicole, les « chiens de mer » fendirent le terrain pour planter leurs crocs dans les filets des harengs. Mais les kippers ne lâchèrent rien, ils se remontèrent la Manche et retournèrent à la riflette. Il fallait faire honneur au maillot et défendre sa mer. Le combat continua de plus belle. Il était âpre, rugueux. Alors qu’en cette fin de match, les cockers pouvaient entrevoir un dénouement heureux, les harengs changèrent de ton. Plutôt que de se lancer à corps perdu dans le piège canin, ils contournèrent l’adversaire pour le prendre par les cotés. Une touche sur le flanc droit, une tête en lucarne (2-1) et les cabots commencèrent à lâcher prise. Le doute s’installa au sein de la troupe. Ce fut à l’ultime seconde de l’ultime minute de l’ultime action, que la bataille livra son épilogue : sur un corner, dans la confusion générale, une nageoire parvint à se glisser entre les pattes adverses et pousser le cuir dans les cages : 2-2. Un match nul qui sonne comme une victoire pour les kippers.
C’est un troisième match nul en autant de rencontre que les harengs viennent chercher sur ce terrain.

Il faudra s’appuyer sur cette bonne rencontre pour se projeter vers la semaine prochaine où un autre combat les attend. C’est un océan qui se dresse face à eux : Décathlon, équipe invaincue du championnat…

Les kippers en eau trouble….

25 Nov

Il faisait froid ce vendredi soir à Bousebecq. Il faisait noir et il était tard. Mais de bien maigres raisons qui justifient le non match des kippers.
Les nageoires ankylosées par la chape de froid qui recouvrait le terrain, l’équipe ne fut que l’ombre d’elle-même dès les premières minutes. Face aux courants contraires, l’envie était restée à quai. Passes imprécises, centres derrière le but, dézonage, crochet-passes à l’adversaire… les kippers offrirent à l’adversaire un récital des pires gestes footballistiques. Vierge de victoire depuis le début de la saison, les locaux n’en demandaient pas tant. Concentrés et appliqués, à l’opposé des harengs, ils s’engouffraient dans les brèches laissées par le banc de poisson pour scorer à deux reprises. Sur un bel exploit personnel, les kippers réussissaient, pour une poignée de seconde, à reprendre un peu d’espoir, mais à la mi-temps, le constat était sans appel : les kippers n’y étaient pas : 4-1.
Les harengs ne pouvaient pas en rester là et couraient tout droit à la catastrophe. A la reprise, la brume se dissipait légèrement, laissant entrevoir les contours de quelques actions bien construites dessinées par une envie retrouvée. Plus solides derrière, plus entreprenants devant, les situations chaudes réchauffaient l’ambiance. Les kippers réussissaient même à réduire le score grâce à une action bien construite. Mais un but adverse recreusa l’écart qui parut un gouffre pour les harengs. La descente vers les profondeurs reprit de plus belle avec un nouveau but des locaux en talonnade ratée à 15 mètres du but qui termina derrière la ligne.
Un match à très vite oublier pour les LA Kippers car dès ce lundi 25 novembre, ils rechaussent les crampons.
Rendez-vous aux supporters à 19h30 sur le terrain de la rue d’Esquermes !

Première victoire kippers

5 Nov

Comme le disait Guy Roux…. « les voyages forment les équipes ». En ce lundi soir de novembre, la nuit était tombée depuis bien longtemps sur la Pévèle que les kippers durent longuement traverser pour atteindre Templeuve. Ragaillardis par les routes sinueuses mal éclairées propices à la concentration, les kippers ne formèrent qu’un quand il fallut se présenter face aux Marcq United. Fort d’un nouveau système tactique expérimenté la semaine dernière, les harengs, plus solidaire que jamais, dressèrent un mur face à leur cage. Bien organisés, ils empêchaient toute transmission de se faire. Marcq s’en remettait à de longs ballons en profondeur pour apporter du danger mais quand les derniers défenseurs laissaient filer les ballons, s’étaient pour les laisser sereinement au gardien. La défense bien en place, il fallait maintenant marquer des buts. Après quelques tentatives plus ou moins lointaines, c’est sur une longue touche lobée que les kippers-renards des surfaces réussirent à glisser une nageoire entre le défenseur et le gardien pour pousser le cuire dans le but adverse : c’est goal. Marcq réagit de suite, profitant d’une baisse de régime des harengs pour apporter du danger face au but. Ce fut finalement sur corner que les locaux arrivèrent à scorer : une combinaison, deux passes, un tir lointain dans le petit filet : 1-1, le score à la mi-temps.
La deuxième mi-temps commença comme la première, les kippers eurent repris leurs esprits et purent de nouveau verrouiller devant leur cage. Procédant en contre, c’est sur une action école digne du losc que les harengs prirent l’avantage : récupération, passe en profondeur, remise au centre, tir, but ! Malgré des contres mal négociés, des passes mal ajustées pour les kippers et un emballement des locaux face au but en fin de match, le score n’évolua pas… ; Première victoire de la saison des LA Kippers.

On retiendra :
Un nouveau dispositif qui fait ses preuves,
La première victoire

On ne retiendra pas:
– rien on a gagné!

Les kippers gagnent…. La deuxième mi-temps !!!

15 Oct

Le crépuscule des jours tombe bien plus vite désormais et emporte avec lui la douceur des soirées de l’été indien, le rire des enfants et les matchs gagnants…
Ce lundi 14 octobre, la pluie avait décidé de se rappeler à son bon souvenir, histoire d’inonder les kippers d’espoir et de force pour les mener vers cette première victoire en championnat… Généreuse au plus haut point : les kippers étaient comme des poissons dans l’eau ! Même Les Mons Metropolitan’s avaient mis les petits plats dans les grands pour accueillir les kippers en parant leur terrain d’un nouveau revêtement « high tech », malheureusement dépourvu de fonction éponge.
Face à cet engouement les Lille Athletic Kippers commençaient cette deuxième mi-temps pied au plancher et tête haute. Pressing haut, belles combinaisons, solides en défense, ils n’avaient que faire des torrents d’eau qui dévalaient des flancs monsois. Ils le savaient, ils se l’étaient dit : il fallait réussir cette deuxième mi-temps qui a tant posé problème par le passé… Ils l’ont donc fait : réussir à marquer pendant ces deuxièmes 30 minutes un but de plus que l’adversaire. Et quel but : débordement, crochet, passe, double contacts, passe, contrôle, frappe dans la lunette… Les actions se sont multipliées mais les conditions météorologiques apportaient le petit plus qui poussait le ballon en touche ou au-dessus des cages adverses. Concentrés, les kippers ont verrouillé derrière et donnaient de leur personne pour éviter un franchissement de leur ligne de but par le ballon. Au coup de sifflet final, on voyait de la satisfaction dans les yeux kippers pour cette belle deuxième mi-temps qui se concluait par un 1-0….
Malheureusement, cette deuxième période faisait suite à une catastrophique première mi-temps où les kippers ne savaient que faire de la savonnette qui servait de ballon : contrôles ratés, passes à l’adversaire ou en touche, auto-lob dans le but… Tout cela ressemblait à une partie d’aqua-balle aux prisonniers ! Plus très sûr du sport qu’ils pratiquaient, les kippers doutèrent et offrirent en moins de 20 minutes quatre buts à leur hôte et un petit dernier pour la route avant la mi-temps.
Sur les deux mi-temps, victoire des Mons metropolitan’s 5-1.
Fiers de leur deuxième mi-temps et de la réaction affichée après la déconvenue des 30 premières minutes, les kippers trinquèrent en l’honneur de ce nouveau beau moment de football.
On retiendra de ce match :
– La réaction d’orgueil
– Le beau jeu malgré les conditions météo
– Qu’il va falloir à un moment essayer de faire un match complet, avec deux bonnes mi-temps
– Le buffet kippers-saucisson de cheval… fameux !
On ne retiendra pas de ce match :
– La première mi-temps